Luc Richir, psychanalyste, docteur en philosophie de l’université de Paris XII, partage sa vie entre l’écriture et… l’écriture. Cofondateur avec Lucien Massaert de la revue La Part de l’Œil, auteur de nombreux articles, de poèmes (nombreux et inédits), d’un récit (Un amour de loin, éditions La Part de l’Œil, Bruxelles, 1996), d’une présentation de la vie et de l’œuvre de la plus grande mystique du XIIIe siècle (Marguerite Porete, une âme au travail de l’Un, éditions Ousia, Bruxelles, 2002), d’un essai sur la sculpture dans ses rapports avec le sujet transcendantal (Dieu, le corps, le volume, éditions La Part de l’Œil, Bruxelles, 2003). Il considère néanmoins que son ouvrage essentiel est Donner, recevoir, rendre – L’erreur de Cook, (EME, Editions Modulaires Européennes, 2010). Cet ouvrage explicite la notion de don inventée par Marcel Mauss, tout en « déconstruisant » la mystification des discours tenus par les grandes têtes molles du siècle précédent. L’œuvre insiste sur l’absence, dans les sociétés dites primitives, d’un centre, politique, religieux ou économique — d’un ego transcendantal — qui exercerait sur « l’être ensemble » une action coercitive de nature à scinder le sujet en deux parts antagonistes et rivales : les dominants et les dominés. Autrement dit, le discours du maître constitue le détournement du don (donner, recevoir, rendre) au profit du « Satanic mill, cette fabrique du diable » qui, selon Karl Polanyi, détruit le vieux tissu social pour lui substituer le linceul de la valeur d’échange. A lire d’urgence !

Ouvrages Luc Richir