Osamu Tezuka
La Cinquième Couche / coll. Essaim
Bande dessinée, Manga
14.8 x 21 cm / 240 pages
ISBN 978-2-39008-061-9
Février 2020
25 €
Disponible

Astro boy, le petit robot est un shōnen manga d’Osamu Tezuka, publié entre 1952 et 1968. Cette série de science-fiction se déroule dans un monde futuriste où robots et humains coexistent. Elle est basée sur les aventures d’Astro Boy (souvent nommé simplement Astro), un puissant robot créé par le chef du Ministère de la Science, Dr Tenma, pour remplacer son fils Tobio, mort dans un accident. Dr Tenma construit Astro à l’identique de Tobio et l’élève comme il l’aurait fait de son propre fils. Il réalise bientôt que le robot ne peut combler le vide laissé par son fils, Astro ne pouvant exprimer les traits de caractère ni vieillir comme le fait tout humain.

Refaire, à un détail près, un livre à l’identique, dans le respect de la charte d’« Essaim », pour en modifier, corriger ou raviver la réception et la signification, n’est pas sans évoquer la nouvelle de Borges, « Pierre Ménard, auteur du Quichotte », qui décrit la vie et l’œuvre de l’écrivain imaginaire Pierre Ménard. Il y détaille son invraisemblable projet : réécrire, pour l’actualiser, le premier livre du Quichotte. Au bout d’une vie d’effort, parvenant à cette nouvelle forme contemporaine et parfaite, il a reproduit l’œuvre de Cervantès à l’identique, dans l’espagnol archaïque du XVe siècle. Borges justifie ce travail et démontre que le résultat de Ménard est supérieur à l’original: si Cervantès écrivit banalement dans l’espagnol de son temps, Ménard s’est livré à une création linguistique analogue à celle de ces romans historiques du XIXe, qui présentent deux passages identiques que le contexte de leur écriture rend pourtant opposés.

La collection « Essaim » rassemble des créations issues de détournements, respectant strictement une charte exigeant qu’une modification, une seule, soit opérée sur l’ensemble d’une œuvre qui en modifie, corrige ou ravive la réception et la signification.
La subversion décrite par Karl Marx, par laquelle Marchandise>Argent>Marchandise est devenu A>M>A’, permettant l’accumulation de capital par l’exploitation de la valeur travail, puis simplement A>A’, trouve ici son expression artistique contemporaine: M>A>A’>A”…, ad libitum, ou encore A>A>A’>A”… où le premier A est celui d’Astro Boy.

À propos de l’auteur

Aucune information concernant cet auteur

Du même auteur

Aucun autre livre de cet auteur