Philippe Mathy
Ill. d'André Ruelle
Tétras Lyre / coll. Accordéon
Poésie
20.5 x 20.5 cm / 6 pages
ISBN 978-2-930685-40-3
2019
10 €
Disponible

Ces six poèmes sont nés suite à la découverte, par Philippe Mathy, de l’œuvre de Salvatore Quasimodo (1901-1968) et de ce poème qui figure en frontispice du livre : « Chacun se tient seul sur le cœur de la terre transpercé d’un rayon de soleil et soudain c’est le soir ». C’est la sixième collaboration de Philippe Mathy avec l’artiste André Ruelle. Leurs œuvres sont similaires à bien des égards. La même attention apportée à la contemplation et au silence. Une même sensualité pour les fruits d’ici-bas. Les deux artistes sont sensibles au monde qui s’anime ou s’agite autour de nous non pour le reproduire mais comme des artisans soucieux d’y déceler la beauté ignorée, la part invisible du rêve, des désirs.

À propos de l’auteur

Philippe Mathy

Philippe Mathy, né en 1956, habite la Picardie belge. De formation littéraire, il enseigne à Tournai. Membre du comité de rédaction du Journal des poètes, il participe aussi au comité organisateur des Biennales internationales de la poésie de Liège. Il a publié notamment : l’Atelier des saisons (Cheyne, 1992, 1999), Monter au monde (Rougerie, 1994), Jardin sous les paupières (Le Taillis Pré, 2002), Un automne au creux des bras (L’Herbe qui tremble, 2009), Barque à Rome (id., 2011) et Sous la robe des saisons (id., 2013).

Du même auteur

Barque à Rome
Notes romaines précédées de le Sable et l’Olivier, notes algériennes
Philippe Mathy
L'Herbe qui tremble
Journal, Poésie
14 x 21 cm / 186 pages
ISBN 978-2-918220-08-4
2011
15 €