rattachement-belgique-congo
Collectif Manifestement
maelstrÖm
Chronique, Politique
21 x 29.7 cm / 208 pages
ISBN 978-2-87505-262-9
2017
25 €
Disponible

Où l’on apprend qu’un groupuscule d’illuminés a mis la majuscule à Histoire

Le 21 janvier 2007 à 15 heures, sous le regard incrédule, médusé puis attendri des forces de l’ordre détrempées par une pluie de saison, un long cortège s’ébranla majestueusement depuis la place Loix, à Saint-Gilles, et sillonna les rues de l’ancienne capitale et métropole Bruxelles, jusqu’à la Porte de Kinshasa (anciennement Porte de Namur), là où ne se dressait pas encore, pour la mémoire des siècles et de ce grand jour, la fière statue des pionniers de la République royale et populaire du Congo. Dans sa torpeur coupable, le monde entier pouvait bien ignorer l’issue inéluctable de ce jour d’exception, les marcheurs, eux, n’ignoraient rien, et les larmes de l’émotion et la sueur de la lutte trempaient leurs joues et leurs drapeaux mieux que la pluie qui battait comme une bénédiction.
Parce qu’elle aggrave la vérité pour mieux l’inscrire dans les esprits dubitatifs, l’Histoire rappellera qu’un camion-remorque de location, flanqué providentiellement du slogan « Désormais vous pouvez voir grand », traînait nonchalamment un crocodile de vingt-trois mètres de long et de neuf tonnes d’airain, authentique mascotte, carnassière allégorie et définitif emblème du Rattachement de la Belgique au Congo. L’empereur constaté Maurice Boyikasse Buafomo Ier décréta le 21 janvier « Journée mondiale de la fête nationale, royale et populaire du Congo rétroactivement unifié ».
Il arrive que l’Histoire en marche le soit en dépit de ses acteurs, révolutionnaires aguerris ou agents des forces réactionnaires, ne s’appuyant que mollement sur eux, qui sont toujours là, à caqueter sans fin sur leurs gesticulations trépidantes, convaincus que rien d’essentiel ne peut survenir sans eux, qui s’arrogent crânement la paternité de toutes les inerties. Il arrive aussi que l’Histoire se mette en branle par le truchement involontaire d’humbles fauteurs de troubles, car l’Histoire, pour avancer, s’abreuve où et quand bon lui semble. Enfin, il arrive – et c’est le cas le plus rare et le cas ici narré – que germe, quand sonne l’heure, la graine des Grands Chambardements, semée par la brise du destin dans les esprits les plus libres, les caractères les mieux trempés, les corps les moins avachis, à contre-courant des vents dominants de l’époque. Le Rattachement de la Belgique au Congo naquit d’hommes de cette étoffe-là.
De nombreux points d’orgue et de désolation ont jalonné la marche improbable et pourtant avérée vers cette date prémonitoire, et le lecteur se les remémorera avec émotion, au fil des pages de la présente Chronique. Puisse-t-il ne jamais perdre de vue, dans sa délectation politique, l’horizon qui se dessine ici : l’enterrement mérité de Sa Majesté le roi Léopold II à Tervuren-lez-Congo en 2010 et celui, impératif, de Patrice Émery Lumumba à Bruxelles-lez-Congo en 2016, apothéose des réjouissances cathartiques auxquelles aura donné lieu ce salvateur exercice de désenvoûtement réciproque, qui a nom : Rattachement de la Belgique au Congo.
Il y a donc toujours des révolutionnaires, mais peu de révolutions abouties. Le reste du temps, la réserve s’entraîne, posant des bombinettes, brandissant des calicots, taguant des mots imprononçables, avec une ferveur qu’on aurait tort de mépriser. La liste serait longue de ces héros, célébrés ou inconnus, qui s’attachèrent utilement à mettre la tête de l’Histoire à l’envers pour mieux comprendre où elle mettait les pieds. Ce livre vibrant veut leur rendre hommage et contribuer à leur légitime postérité.
Car notre Révolution fut. Elle fut même la première Révolution performative et prophétique de l’Histoire : le Rattachement est. Qu’on se le dise. Nous l’écrivons.

À propos de l’auteur

Collectif Manifestement

Le Collectif Manifestement a été fondé en 2005 à Bruxelles pour y réaliser, une fois par an, une manifestation sur un thème inattendu, toujours clivant, courageux et jubilatoire, souvent visionnaire et radical, parfois hilarant. Chemin faisant, le Collectif a forgé les concepts de dégagisme, rattachisme, non-manifestation, manif paradoxale et protodémocratie.
Aux éditions maelstrÖm, il a publié les Revendications de (pré-)SDF bruxellois (2011) qui ont débouché sur la création de l’asbl DoucheFLUX, Le Manifeste du dégagisme (2011), suivi de son détricotage avec le Dégagisme du manifeste (2017), ainsi que l’époustouflante Chronique du rattachement de la Belgique au Congo (2017).
Mouvement artistico-politique belge et néanmoins irréductible à tout « surréalisme » ou tout autre courant dépassé et donc commercialisable, le Collectif Manifestement s’impose comme une réalité incontournable dans le paysage visible depuis le croisement de la politique, de l’art et de la philosophie. Tout est archivé là : www.manifestement.be.

Du même auteur