desperados
Karel Logist
L'Arbre à paroles / coll. IF
Poésie
12 x 20 cm / 86 pages
ISBN 978-2-87406-557-6
2013
10 €
Disponible
Dist. : Maison de la poésie d’Amay (BE et LUX)
chez l'éditeur

Desperados est le journal-poème d’une année d’échanges et de rapports amoureux entre un poète mal dans sa peau et un jeune danseur gay. découverte de la marge, du quart-monde, des factures en attente, de la cruauté et des excès d’un espace d’où «notre» culture est absente… C’est le choc de deux mondes, un no man’s land surprenant. desperados veut relater un pacte, un engagement l’un envers l’autre de deux hommes que tout sépare.
Karel Logist s’est donné pour desperados la contrainte lipogrammatique de ne jamais utiliser la lettre « i », cette lettre qui figure deux fois dans le nom de son amant… Une prouesse d’autant plus grande que l’intensité du récit ne faiblit à aucun moment et que, à moins d’y être très attentif, la contrainte passe complètement inaperçue — comme dans le texte ci-dessus.

Extrait
Je vous salue / mes compagnons de route et de déroute / passants d’anonymes partages de mon voyage sans boussole / frères obscurs des passages secrets / Qu’on ne me cherche plus de ce côté de l’eau / dans un rang sur une scène ou dans la loge sept / Je me mets entre parenthèses / je prends le large / je déserte ma rue / ma cour ma demeure ma chambre / ma femme mon enfant et mes bêtes / pour donner corps aux quelques rêves / que je perds trop souvent de vue / pour un autre versant du monde / plus juste plus honnête / plus transparent sans doute / où j’apprends à me supporter…

À propos de l’auteur

Karel Logist

Karel Logist est né le 7 juillet 1962 à Spa, en Belgique francophone. Depuis son premier recueil Le séismographe, en 1988, il a publié une douzaine de livres chez différents éditeurs (Les Éperonniers, L’Arbre à paroles, Le Cherche-midi, Ercée ou La Différence). Plusieurs ont été distingués (prix de la revue [vwa], prix Robert Goffin, prix Marcel Thiry, prix du Parlement de la Communauté française etc.). Documentaliste à l’Université de Liège depuis vingt ans, il mêle à l’écriture de ses « carnets de doute », en prose comme en vers, l’air et l’écho du temps qui passe. Sa poésie raconte qu’il apprécie les gens, la mer, l’humour, l’enfance et le soleil. Parce qu’il aime aussi le mouvement, la rencontre et les écrivains, Karel Logist a été, avec Serge Delaive, Marc Lejeune, Carl Norac et Gérald Purnelle, un des moteurs du collectif littéraire Le Fram. Le Castor Astral a publié Tout emporter, une anthologie personnelle (1988-2008) qui lui a valu l’improbable prix François Coppée de l’Académie française. Logist est également critique littéraire, nouvelliste et animateur d’ateliers d’écriture poétique. Site : www.karellogist.fr

Du même auteur