dilsetdailes
Pascal Feyaerts
4 ill. couleur de Derry Turla. Préface d’Éric Allard
Le Coudrier
Poésie
14 x 20 cm / 59 pages
ISBN 978-2-930498-50-8
2014
16 €
Disponible

Comment porter un « verbe de lumière » au-dedans de soi pour faire voir ce que l’on voit, et faire entendre notre voix ? Car, comme l’écrit Porchia, « personne n’est lumière de soi-même ». À la limite, faible lueur… Les personnages que Pascal Feyaerts présente sont en attente d’un don de temps. Ils sont dans une antécédence d’être, prêts à (re)naître sous le regard d’autrui — ou de quelque chose.

Ce qui fait le sel et la grâce de ces textes, c’est aussi leur écriture, avec les écarts apportés au déroulement attendu de la phrase, les infléchissements de son cours comme si les mots, par un effet de clinamen, rompaient l’ordre de la prose pour produire des étincelles de poésie. Sous l’écorce verbale affleure la sève des images.
Pascal Feyaerts est un « homme de songe », selon la belle expression de Bachelard, un rêveur qui ausculte le monde depuis son intérieur percé d’ouvertures multiples. Il porte ses regards loin et haut par l’embrasure des fenêtres pour mieux éployer ses paysages de mots.

Ses petits poèmes en prose surprennent à chaque lecture, appelant à des revisites nombreuses. Comme des papillons, ils captent notre attention par l’un ou l’autre détail, une tournure de phrase ou de pensée, un charme indéfinissable. On tente alors de les saisir mais ils traversent nos filets aux mailles trop lâches.
Ne reste de leur passage qu’un subtil frémissement d’ailes, comme un haussement de ton du réel, une augmentation d’être, un persistant éclat, une échappée hors des voix coutumières de l’Archipel Poésie…

Éric Allard, extrait de la préface

Extrait
C’est une petite femme dans une robe trop grande avec des manches trop courtes et des rêves qui dépassent par endroits. Seul le sable la devine. Elle porte en elle le poids des fenêtres qui l’habitent. Tout ce qui luit n’est pas dehors, elle ne le sait que trop. Elle nous regarde de l’intérieur de peur de nous rencontrer. Elle fuit le présent contigu et le futur imparfait, et craint la lumière comme le feu couvant une passion non assez instruite. Elle aime au ralenti car la lenteur la rassure.

(L’Inquiète)

Je connais un ange qui a égaré ses ailes, et je sais l’oiseau dont le chant s’est rompu. C’était un jour où le ciel en outrage de mille éclairs criait sa rage comme un homme hurle à l’amer. Si d’aventure vous rencontriez cet ange, dites-lui que j’ai retrouvé ses ailes et le chant de l’oiseau, qu’ils cohabitent comme on s’aime dans l’attente de cieux plus cléments.

(L’Ange)

À propos de l’auteur

Pascal Feyaerts

Pascal Feyaerts vit dans le Hainaut où il exerce le métier de bibliothécaire. Il participe ou a participé à diverses revues littéraires (le Spantole, Traversées, la Pensée wallonne, les Élytres du hanneton, Microbe) et est l’auteur de plusieurs recueils de poèmes : Claustrophobie ou les Rues de pandémonium (L’Acanthe, 2001), Nouvelles en quête d(H)auteur (Chloé des Lys, 2012), l’Amour en lettre capitale (Le Coudrier, 2012) et D’ils et d’ailes (Le Coudrier, 2014). En 2010, il a mis au point un spectacle musico-poétique avec la violoniste et compositrice Marielle Vancamp. Pascal Feyaerts est membre d’AcGart, groupement artistique, et expose parfois ses dessins, essentiellement au fusain.

Du même auteur

miroir-aux-allumettes Le Miroir aux allumettes
Pascal Feyaerts
Le Coudrier
Poésie
14 x 20 cm / 60 pages
ISBN 978-2-930498-60-7
2016
16 €