Du vandalisme
Art et destruction
Miguel Egaña
27 illustrations
La Lettre volée / coll. Essais
Essai
15 x 21 cm / 224 pages
ISBN 2-87317-276-2
2005
19 €
Disponible

La notion de vandalisme est indissociable du culte moderne de l’art et de l’histoire dès lors que le mot (forgé par l’abbé Grégoire pour condamner les déprédations revendiquées par les révolutionnaires comme l’expression du zèle républicain) fut à l’origine de la conservation des monuments historiques en France. C’est ce destin croisé de la culture et de la barbarie, ce rapport problématique entre la création et la destruction qu’a voulu interroger le Centre de recherches en arts de l’université de Picardie Jules Verne en organisant deux journées de réflexion, les 18 juin 2002 et 20 novembre 2003. Les participants de ce colloque ont ainsi enquêté sur le vandalisme à l’âge classique, procédé à une archéologie du concept à travers l’analyse de ses enjeux idéologiques, politiques et philosophiques et repéré ses manifestations à l’œuvre dans un certain nombre de pratiques artistiques modernes et contemporaines.

Texte de Laurence Bertrand Dorléac, Véronique Dalmasso, Patrick de Haas, Miguel Egaña, Boris Eizykman, Fabrice Flahutez, Caroline Guibet Lafaye, Rémi Labrusse, Matthieu Pinette, Édouard Pommier, Marie-Domitille Porcheron et Éric Watier.

À propos de l’auteur

Aucune information concernant cet auteur

Du même auteur