enfants-perdus
Montse Armengou, Ricard Belis, Ricard Vinyes
Traduit du catalan par Angeles Munoz
Aden / coll. Passe-mémoire
Essai
14 x 20 cm / 320 pages
ISBN 978-2-805920-20-2
2012
20 €
Disponible
Dist. : Belles Lettres
chez l'éditeur

L’une des pages les plus noires du franquisme est enfin mise au jour à travers le récit historique et les témoignages des victimes de ce que le juge Garzon a considéré comme un crime imprescriptible et non amnistiable de disparition forcée : plus de 30 000 enfants arrachés à leurs parents pour être « rééduqués », sous la tutelle de l’État ou des familles proches du régime, selon les thèses eugénistes du psychiatre Antonio Vallejo Nagera.

Les recherches sur le « biopsychisme du fanatisme marxiste », menées par le psychiatre auprès des combattants internationaux et des prisonniers républicains espagnols, ont conduit les autorités franquistes à considérer le marxisme comme une infériorité mentale et à prescrire la ségrégation totale des enfants dans le but de la régénération de la « race de l’hispanité », mise en danger par les velléités démocratiques des opposants politiques.

À propos de l’auteur

Aucune information concernant cet auteur

Du même auteur

Aucun autre livre de cet auteur