Espace public et représentations établit les liens unissant la représentation de l’espace public à celle du corps, à travers un imaginaire médical ancré chez Platon. L’analyse de passages de l’Encyclopédie de d’Alembert et Diderot montre comment cet imaginaire joue un rôle essentiel dans la définition moderne du « public », du citoyen et de l’espace public. Parallèlement, les questions radicales posées par Jean-Jacques Rousseau sont examinées dans le Discours sur les Sciences et les Arts, sorte de thérapie d’une folie collective dont les arts sont le symptôme. Le rôle imparti à l’artiste face au public ressortit, chez Zola, à celui d’une victime sacrifiée sur le mode du rituel dionysiaque opérant une étrange association entre le texte et la leçon d’anatomie. L’émergence du nouvel espace public, mis en place par les autoroutes de la communication et le multimédia est également examinée ici, en ce qu’elle relance sous l’angle inconnu d’un regard sans corps, la problématique de la création et de la perception de l’art. Le livre s’achève sur une analyse du transport public, à travers deux cas (Lisbonne, Bruxelles) mettant en relief le fantasme du corps pathétique, la jonction entre communication et contagion et le rôle de l’art comme déclencheur de citoyenneté.

À propos de l’auteur

Chakè Matossian

Chakè Matossian, philosophe et docteur en Théorie de la Communication, a enseigné à l’Universidade Nova de Lisboa de 1981 à 1993. Elle est professeur honoraire de l’Académie Royale des Beaux-Arts de Bruxelles, Ecole Supérieure des Arts où elle a enseigné jusqu’en 2015. Outre de nombreux articles parus dans des revues spécialisées, de sciences humaines et d’esthétique (TraversesFurorColoquio/ArtesLa Part de l’Œil…) ainsi que dans des catalogues d’artistes, elle a collaboré à des publications collectives comme Les Entretiens de la Garenne-LemotLa Sorcière de MicheletRousseau et le spectacleLe corps transparent…. Elle a participé à des colloques et séminaires internationaux, a été invitée par Carlo Ossola pour intervenir dans le cadre de son séminaire au Collège de France avec deux communications sur Michelet et une sur les autoportraits de Vinci et Dürer en Arménie. Parmi ses livres : Espace public et représentations, Bruxelles, La Part de l’Œil, 1996 ; Saturne et le Sphinx (Proudhon, Courbet et l’art justicier), Genève, Droz, 2002 ; Des admirables secrets de l’Ararat – Vinci, Dürer, Michel-Ange sur les traces d’Er et Noé, Bruxelles, La Part de l’Œil, 2009 ; « Et je ne portai plus d’autre habit » – Rousseau l’Arménien, Genève, Droz, 2014.

Du même auteur