grimeuse
Soline de Laveleye
M.E.O.
Roman
14.5 x 21 cm / 156 pages
ISBN 978-2-930702-56-8
2013
16 €
Disponible
Dist. : Librairie Joli Mai (BE) - Pollen (FR)
chez l'éditeur Particuliers Belgique Particuliers France

Dans une ville emmurée où se pratiquent d’étranges rituels, une passeuse clandestine œuvre aux évasions et aux métamorphoses. Le temps d’un spectacle, une marionnette raconte ses pérégrinations, émaillées de rencontres troublantes et d’apprentissages. On y croise des exilés et des bonimenteurs, des travestis désespérés, des femmes aux cuisses lustrées montées sur des échasses, des animaux de compagnie revenus à l’état sauvage, et même une troupe d’enfants parlant un langage oublié.
Ces figures entremêlées composent une fable burlesque et sensuelle, le tableau baroque d’un monde aux prises avec l’illusion. S’y font écho la soif de liberté des habitants de Ciutabel et la quête initiatique de Pouc. Des personnages prêts à tout pour briser le miroir aux alouettes, avides d’échapper à la pesanteur des rôles et des enfermements.

Extrait
On dit que, ses sept vies révolues, l’âme d’un chat vient éclore dans une plante aromatique sauvage, une de ces mauvaises herbes utilisées en décoction par les vieilles femmes, pour faire chanter les morts ou venir les filles. À moins qu’elle ne reste prise aux filets d’un bas de soie, entortillée aux mailles serrées qui recouvrent les cuisses des prostituées comme celles, cachées sous d’épaisses robes, des épouses de notables. On dit aussi que le grésillement des cigales est un envoûtement certain, et que l’âme de celui qui l’entend au moment de mourir en reste à jamais prisonnière.
Le chant des cigales, il n’est pas prêt de se faire entendre, dans ce champ de ruines. Quant aux prostituées, généralement les premières arrivées et les dernières parties, j’ai fini par me demander si elles avaient jamais paradé ici. Quoi qu’il en soit, avec ou sans elles, se sont évanouis tous les habitants de la ville. Il ne reste que ces moucherons endiablés, et moi. À tel point que je me demande parfois si je ne suis pas en train de rêver. La ville détruite est complètement déserte. Je déambule au milieu des ruines, sans âme qui vive et puisse attester ma propre existence. Suis-je réellement en train de parcourir ces rues ? Je pourrais en douter, mais mes besoins naturels semblent suivre leur cours et témoigner que mon corps fonctionne normalement. Puis-je, dès lors, conclure que je suis bien réel et que par conséquent les restes ébréchés de cette ville le sont aussi ?

À propos de l’auteur

Soline de Laveleye

Née à Bruxelles en 1980, Soline de Laveleye a vécu en Italie et en Belgique et réside aujourd’hui en Tanzanie. Elle est l’auteure de nouvelles et de poésie. Publications : la Chambre (Tétras Lyre, 2011), la Grimeuse (M.E.O., 2013). Plusieurs de ses nouvelles ont paru dans la revue Marginales.

Du même auteur