Henri Ronse
Jacques De Decker
Avant-propos de Claude Javeau, postface de Gérard Rudent, coédition Nouveau Théâtre de Belgique, 81 illustrations
La Lettre volée / coll. Histoire du spectacle
Essai, Théâtre
5 x 24 cm, 17 / 208 pages
ISBN 2-87317-054-9
1997
23.50 €
Disponible

Né en 1946 à Bruxelles, Henri Ronse s’installe à 19 ans à Paris où il collabore en tant qu’écrivain et chroniqueur à diverses publications (Nouvelle Revue française, Critique, Lettres françaises, Quinzaine littéraire, Cahiers du symbolisme). Il produit des émissions radiophoniques à France culture. Secrétaire de rédaction de l’Arc dont il dirige plusieurs numéros spéciaux (Bataille, Lautréamont, Butor, Joyce, notamment), il fonde, en 1971, avec Roger Borderie, la revue Obliques. En 1971, également, il crée à Paris sa propre compagnie théâtrale : le Théâtre oblique qu’il dirigera jusqu’en 1980. Metteur en scène de théâtre et d’opéra, il est invité à la Comédie française, au Théâtre national de l’Odéon, à l’Opéra de Paris, à la Comédie de Genève, au Capitole de Toulouse… Il est présent par ses créations dans de nombreux festivals internationaux de New York à Madrid, de Florence à Patras, Athènes ou Vérone. De 1980 à 1997, Henri Ronse dirige le Nouveau Théâtre de Belgique à Bruxelles, il y multiplie les créations et les accueils dans une perspective pluridisciplinaire orientée principalement sur le répertoire contemporain. Parmi les études qui lui ont été consacrées, on retiendra deux ouvrages : Mettre en scène au présent de Raymonde Temkine et Henri Ronse ; la Vie oblique de René Zahnd.

À propos de l’auteur

Jacques De Decker

Jacques De Decker est un auteur multiple. Né à Bruxelles en 1945, il est le fils du peintre belge Luc De Decker. Germaniste de formation et parfait polyglotte, il exerce ses talents dans l’écriture dramatique, dans le roman et la nouvelle, dans l’essai et la biographie et part à la rencontre des plus grands auteurs de l’histoire littéraire en traduisant ou en adaptant certaines de leurs œuvres.
Pendant plusieurs années, il a dirigé le service culturel du quotidien belge le Soir, tout en poursuivant son œuvre de romancier (la Grande Roue, Parades amoureuses, le Ventre de la baleine), d’auteur dramatique (Petit Matin, Grand Soir, Tranches de dimanche, le Magnolia) et d’essayiste (les Années critiques, En lisant, en écoutant).
En 1997 il a été élu à la succession d’Albert Ayguesparse à l’Académie royale de langue et de littérature françaises de Belgique, dont il est devenu le secrétaire perpétuel en 2002.

Du même auteur