In extremis
Essais sur l’art et ses déterritorialisations depuis 1960
Thierry Davila
25 illustrations
La Lettre volée / coll. Essais
Essai
15 x 21 cm / 240 pages
ISBN 978-2-87317-348-7
2009
25 €
Disponible

L’élargissement de la pratique artistique semble bien, et plus que jamais, caractériser l’état des choses dans l’univers aujourd’hui globalisé de l’industrie culturelle dont l’industrie de l’art n’est qu’un segment. On peut d’ailleurs parler à présent d’une déterritorialisation généralisée des pratiques qui amène à utiliser pour qualifier un artiste – en tout cas dans la langue française – le mot de plasticien, un terme suffisamment peu spécifié pour pouvoir réunir bien des gestes et artefacts qui donnent son contenu au travail de l’artiste, lequel, quand il est fécond, se situe à la pointe extrême de l’apparition du sens, au plus de son émergence et donc aussi au bord de sa dislocation possible, autrement dit et littéralement in extremis. Bien que souvent écrits au gré des circonstances – commissariat d’exposition, conférence, recherche effectuée pour elle-même, commande pour une publication – les textes réunis dans cet ouvrage prennent acte de cette situation. Nombre d’œuvres étudiées ici – dont celles de Gehrard Richter, Fred Sandback, On Kawara, Jessica Stockholder, Erwin Wurm, Pierre Bismuth, Francis Alÿs, Pierrick Sorin – développent, en effet, et pour elle-même cette déterritorialisation plasticienne voire la plasticité de la déterritorialisation.

À propos de l’auteur

Thierry Davila

Thierry Davila, critique d’art, commissaire d’exposition et conservateur, a été directeur adjoint du musée Picasso d’Antibes et directeur par interim des musées d’Antibes de 1996 à 2001, puis responsable du département culturel du musée d’Art contemporain de Bordeaux de 2001 à 2007. Il est, depuis 2008, conservateur au MAMCO de Genève. Auteur de très nombreux textes de critique d’art, il collabore régulièrement à Art Press, aux Cahiers du musée national d’Art moderne, à Critique d’art. Il est aussi l’auteur de L’Art médecine avec Maurice Fréchuret (RMN, 1999) et de Marcher, créer : déplacements, flâneries, dérives dans l’art de la fin du XXe siècle (Éditions du Regard, 2007).

Du même auteur

Aucun autre livre de cet auteur