Collection Fabre, vol. 1
Eric Fabre
La Lettre volée / coll. Art et photographie

24 x 30 cm / 256 pages, 134 ill. couleur
ISBN 9782873175405
Décembre 2019
35 €
Disponible

Premier volet d’une série d’éclairages divers sur le fondateur du lettrisme, concurrent des situationnistes, auquel Beaubourg aura consacré une vaste exposition (mars-mai 2019), basée sur la collection d’Éric Fabre

Pour ce premier volume de sa collection consacré à Isidore Isou, écartant l’approche chronologique qui ne rend pas compte des fulgurances de ce personnage hors norme, et non plus des longues périodes d’interruption de sa production, Éric Fabre a fait le choix d’une approche thématique. C’est que, afin de se livrer à d’autres activités que l’art comme l’étude des mathématiques, de la biologie, de la médecine ou de l’économie politique, Isou laisse ses chantiers artistiques ouverts, quitte à les reprendre des années plus tard. François Coadou, qui a publié et commenté les Lettres de Guy Debord à Marcel Mariën, trace ici un portrait intellectuel et spirituel de l’artiste. Il propose, entre autres choses, une réponse intelligente et circonstanciée à la question pernicieuse posée par Asger Jorn dans l’Internationale situationniste n° 4 : « S’agit il d’un système religieux ou bien artistique ? » Éric Fabre a choisi pour sa part de commenter les peintures polémiques présentées à la galerie Namher en 1962 et Roland Sabatier, l’un des principaux protagonistes de la manifestation de la « danse ciselante » au théâtre de l’Ambigu en 1965, nous en rend compte ici, photos à l’appui.

À propos de l’auteur

Éric Fabre

Éric Fabre a été galeriste de 1974 à 1997. En 1986, Jim Palette, le nom de plume du journaliste à Libération du lettriste Jean-Pierre Gillard, lui fait rencontrer Isidore Isou par l’intermédiaire de son secrétaire Roland Sabatier. Il a ouvert à Bruxelles, avec son fils Ferdinand Fabre, un lieu d’exposition, le Garage Cosmos, qui présente fréquemment les artistes lettristes.

Du même auteur

Aucun autre livre de cet auteur