destination
Laurent d'Ursel
maelstrÖm
Roman
14 x 21 cm / 28,50 €
ISBN 978-2-875052-59-9
2017
548 pages
Disponible

La Destination est l’histoire du complot victorieux des cloches et des clochettes contre les grelots, dans la littérature mondiale et dans le langage, et la disparition subséquente du joyeux friselis des seconds. Songeons que jamais l’on ne sonna la fin d’une récréation avec des grelots, et l’on comprendra la gravité de ce grand remplacement. Que la chose ait pu échapper jusqu’ici aux consciences les plus affûtées montre, s’il le fallait, l’énormité de la conspiration.

C’est aussi le roman palpitant de l’amitié de Gustave et Laurent, que de rares lecteurs connaissent déjà pour avoir lu quelques chapitres d’Anticorps précédé de la Répétition (1991) et la Tentation (1989), les romans antérieurs de l’auteur, qui vinrent à bout de leur éditeur.

S’il a fallu près de douze années de travail pour accoucher de la Destination, c’est qu’on y recense plus de deux mille citations contenant le mot « grelot ». Laurent d’Ursel et ses complices ont écumé les plus prestigieuses bibliothèques à la recherche de toutes les occurrences du mot, de Gilgamesh à Savitzkaya, en passant par la Bible, Shakespeare, Char, Le Clézio, Garcia Marquez et Enid Blyton. Chaque trouvaille a été dûment répertoriée et extraite de son corpus. On les retrouve toutes, glissées dans le texte, dans les dialogues, quelquefois sous forme de citations, ce qui n’empêche pourtant pas, et c’est là le prodige, une lecture fluide du texte.

Le résultat est ce roman épique, qui valut à son auteur le refus d’une cinquantaine d’éditeurs découragés ou effrayés par l’ampleur de la tâche et l’immense érudition du texte. Ce n’est qu’en établissant la présente édition, près de vingt plus tard, qu’on s’aperçut que, à l’épais manuscrit qui leur fut envoyé, manquaient trois chapitres… maelstrÖm reE volution, qui sort pour toujours cet exploit de l’oubli (il s’en fallut d’un tintement de grelot), ne l’a sans doute pas lu non plus.

L’immensité de l’entreprise est d’autant plus émouvante qu’elle fut accomplie entièrement avant le big data et avant Google. Tel le Belge Paul Otlet, le fondateur du Mundaneum reconnu aujourd’hui comme l’inventeur du concept d’internet, Laurent d’Ursel en fit la funeste prévision, faisant écrire à son narrateur : « Il se dit que son projet sera caduc du jour où la littérature tiendra sur quelques disquettes et que les milliers d’heures passées à constituer sa collection feront sourire. »

La Destination pourrait figurer dignement auprès des entreprises littéraires les plus ambitieuses, quelque part entre l’Ulysse de James Joyce, la Guerre et la Paix de Léon Tolstoï, la Disparition de Georges Perec et dans la somme que consacra André Blavier aux fous littéraires.

Xavier Löwenthal

À propos de l’auteur

Aucune information concernant cet auteur

Du même auteur