Septième Ville
Evrahim Baran
maelstrÖm
Roman
14 x 21 cm / 192 pages
ISBN 2-930355-50-6
2006
17 €
Disponible

Pourquoi, en Iran et dans un certain Orient cette haine de l’Occident ?

« … maintenant qu’il réfléchissait à son devenir, Mola se rendait compte que les Maîtres soufis voyaient juste. Il s’était souvent demandé pourquoi le nom de la septième ville dénotait si étrangement des précédents. Le Désir du départ se transformant en Passion, puis glissant vers la Connaissance, la Générosité, l’Harmonie et ensuite l’Étonnement. La septième était qualifiée d’abandon, de misère et de dénuement. Étrange aboutissement de l’amour… »

Sept villes d’amour, sept étapes par lesquelles l’Homme doit passer pour toucher le fond de l’amour. Vision tendre et fragile qui nous vient du mysticisme persan…
Le chemin, bien que tracé, reste éminemment libre : s’arrêter et savourer les acquis ou continuer jusqu’à la fin ? Le choix est personnel, car si la première ville est le Désir, la septième sera le Dénuement. Faut-il s’y engager ? Cette question est le leitmotiv du roman.

C’est l’histoire de Mola, un jeune garçon évoluant dans une ville où deux communautés s’affrontent. Le clan du Fer, couteliers et forgerons, s’inscrit dans la pure tradition musulmane. Le clan du Cuivre, dinandiers et soufis, suit la voie du mysticisme.
La mosquée sème le vent, le khangah — lieu de culte des soufis — aspire à la paix. Les tensions idéologiques, économiques et sociales entraîneront notre jeune garçon de quatorze ans — l’âge où il faut faire des choix, où tout peut basculer — dans un conflit fratricide. C’est à travers ces événements qu’il appréhendera la vie et l’amour.

Dans ce roman se déroulant au XIXe siècle, à la manière des conteurs d’Orient, Evrahim Baran nous invite à comprendre plus en profondeur l’Iran et un certain monde musulman contemporains, et à mieux saisir les racines de ce qu’il dénomme dans ses conférences « la haine de l’Occident »…

À propos de l’auteur

Evrahim Baran

Evrahim Baran est né en 1961, au nord de l’Iran.
 Il participe à la révolution de 1979 : espère, manifeste, hurle, se bat, est battu dans les prisons du Shah… Il passe son service militaire sur les lignes de front de la guerre contre l’Irak pendant vingt-huit mois (vingt-quatre mois obligatoires plus quatre mois de punition pour cause de rébellion). Quatre mois de prison dans l’attente du procès. Sauvé par miracle. Ne pas vouloir tuer et être tué l’amène à quitter l’Iran.
Il arrive en Belgique en 1986, est reconnu comme réfugié politique cinq mois plus tard, participe, avec le collectif des Iraniens de l’époque, à l’affectation du Petit Château comme centre d’accueil pour demandeurs d’asile… En 2002 il fonde l’asbl Persepolis à Bruxelles, qui prend en charge, entre autres, les traductions et approches, pour les organisations gouvernementales et humanitaires, des demandeurs d’asile iraniens, afghans…

Du même auteur

De ce côté du mur De ce côté du mur
Evrahim Baran
maelstrÖm
Roman
14 x 21 cm / 160 pages
ISBN 2-930355-16-6
2005
14 €
presse Pressé immobile
Evrahim Baran
maelstrÖm
Roman
14 x 21 cm / 362 pages
ISBN 978-2-87505-105-9
2012
18 €