Seigneur des ânes
Éric Dejaeger
maelstrÖm
Roman
14 x 21 cm / 112 pages
ISBN 978-2-87505-046-5

12 €
Disponible

« … et ces applaudissements sont en fait une manière d’encourager les professeurs : pendant l’interruption de la retransmission, après deux ajournements et une attestation C, sept élèves de suite viennent d’obtenir une attestation A ! Je résume la situation pour les téléspectateurs qui prendraient le reportage en marche : sur 17 élèves délibérés jusqu’ici, on compte dix attestations A, une B, deux C et quatre ajournements, ce qui, finalement, n’est pas mal du tout. Mais ce n’est pas fini puisqu’il reste encore une dizaine de cas à traiter. Comme le suivant qui risque de poser un problème puisque l’élève est soupçonné d’être un dealer… »

Qui est ce seigneur des ânes ? Ronny Serpin, l’élève le plus épouvantable que l’enseignement ait connu et qui se targue d’avoir mis une dizaine de professeurs en dépression ? Charles Dumortier, enseignant retraité qui n’arrive pas vraiment à se dépêtrer de ses trente-sept de tableau noir ? Henri Gelker, qui traîne son feu sacré d’école en école sans vraiment arriver à l’y mettre, le feu ? À moins qu’il ne s’agisse d’une maîtresse des ânes, comme Amélie Dumortier qui doit en faire des vertes et des pas mûres devant ses élèves…

Après la Cité des fleurs fanées et ses gentils héros, Éric Dejaeger revisite ce qu’il reste de l’école, un endroit où tout peut arriver, où le lendemain n’est jamais la prolongation de l’aujourd’hui. L’école, cette entité qui fait fuir la moitié des jeunes enseignants durant leurs cinq premières années de carrière. Il ne faut pas s’enfoncer la tête dans la boîte de craies : durant ces quinze dernières années, le métier de professeur est devenu de plus en plus difficile. L’auteur ne nous raconte pas ici ce qu’il en est aujourd’hui mais bien ce qu’il en sera si les dérives (appelées sournoisement « réformes ») telles que les enseignants les connaissent à répétition depuis les dernières grandes grèves de 1995 continuent. Il lui semble d’ailleurs que le futur qu’il décrit dans ce livre se rapproche beaucoup plus vite qu’il l’ait prévu.

Professeur, le plus beau métier du monde ?

À propos de l’auteur

Éric Dejaeger

Éric Dejaeger (Charleroi, 1958 — ?, 20**) est tombé dans la littérature dès qu’il a appris à lire. Bibliophage, revuiste (Microbe depuis 2000), traducteur, il lui arrive aussi d’écrire quand il estime avoir quelque chose de potache à raconter, passant sans problème du roman à l’aphorisme, du po(w)ème à la nouvelle. Il est membre de l’aléatoire troupe très allumée La Belgique sauvage et participe régulièrement à des batailles d’aphorismes avec ses amis André Stas, Jean-Philippe Querton et Paul Guiot. Blog : http://courttoujours.hautetfort.com.

Du même auteur