cahier du poeme2 n04
Nicole Malinconi / Marcel Moreau
Les Cahiers du Poème 2
Les Cahiers du Poème 2
Théâtre
/
ISBN
2013
30 €
Disponible
Dist. : Autodistribué

Elle, Nicole Malinconi, est une femme rare. Élégante mais pas mondaine. Qui porte en elle le calme et la beauté des paysages toscans de l’enfance. Nicole Malinconi initie, en Belgique, une carrière professionnelle dans le dur. Assistante sociale dans le service de l’un des plus estimés médecins d’alors, le Docteur Willy Peers. Et comme la chrysalide devient papillon : elle advient « auteure » au sortir de son service de gynécologie. Réalisme magique. Ses mots sont ceux de ses semblables, des femmes, d’autres femmes qui décident – acte contraint ou libre – du sort de leur ventre, de leur vie, de la vie.

« Non, non, tu n’as pas de nom » ! Une adresse à celles qui ont choisi d’avorter à une époque où cet acte était encore condamnable par la loi des hommes, et les médecins condamnés.

Entrée dans une profession de haute envergure, mine de rien, avec comme sublime conséquence, une oeuvre au nom de la vie des autres femmes, d’abord ; de la sienne, ensuite ; de tous les autres, enfin. Inutile la fiction. Seule, la vérité des existences.

Voici la portée des écrits de Nicole Malinconi. Faible, forte. Forte, faible qui, avec des mots « choisis », dit la vie « à petits coups de rames pour ne l’effaroucher d’une brusque approchée », de celles et ceux qui sont ses frères humains. Dans le dur. Dans le vrai. Avec des mots simples et justes, qui font mouche.

Lui, Marcel Moreau, est le plus parisien des borains. Depuis l’épreuve du temps, la formule vaut aussi dans l’autre sens. Il vit depuis plus longtemps à Paris, qu’il n’a vécu dans le borinage natal. Et pourtant. Il sonde la langue comme des générations avant lui ont sondé la terre. Il va littérairement « au charbon ». M’corps – comme il l’écrit volontairement parfois – est toujours ce qui le fonde. Il lui écrit une longue lettre. Il le prend au mot. Il se fixe la mission quasi prophétique de changer la vie de fond en comble par l’écriture.
Loin des théories, du patrimoine, du beau langage, il plaide pour une descente « irrationnelle », « titubante », « perturbatrice » de nos entrailles, porteuses de toutes nos potentialités. Et c’est beau.

Pas de folklore, des preuves. C’est une joyeuse entrée dans nos vies imprimées par la langue, outil de savoir ; une langue riche qui ne vieillit pas avec le corps. Au contraire. Si le corps est un être « connaissant », sa langue s’enrichit de l’expérience.

Nicole Malinconi et Marcel Moreau sont des philosophes sauvages. Loin des mandarins. Ils élèvent l’obscure sensation au rang de vigoureuse pensée. Parce qu’ils sont restés fidèles à eux-mêmes. Qu’ils n’ont pas renoncé. Qu’ils savaient depuis toujours « qu’un jour (ils n’auraient plus) vingt ans et quelque » !

À propos de l’auteur

Les Cahiers du Poème 2

Une fois l’an, en janvier, la parution des Cahiers du Poème 2 coïncide avec le lancement de la saison du Poème 2. Les Cahiers proposent le texte des pièces en création, des entretiens avec leurs auteurs ainsi qu’avec les artistes associés à ces créations, et les regards croisés d’écrivains, de penseurs et d’observateurs avertis.

Du même auteur