chroniques-de-monsieur-paul
Mehis Heinsaar
Traduit de l'estonien par Antoine Chalvin. Postface de Rodolphe Massé.
Kantoken
Chroniques
15 x 21 cm / 172 pages
ISBN 978-2-930739-16-8
2016
18 €
Disponible

Dans cette époque d’impitoyable fact-checking fiévreux et de morne transparence, les livres de Mehis Heinsaar sont un pur délice. Rien n’est vrai (au regard de la raison, tout est pourtant sincère à ses yeux), tout y est mystérieux et imprévisible.

Monsieur Paul est probablement un flamboyant schizophrène un peu mélancolique. À moins qu’il ne soit un immortel philosophe zen adepte de la méditation. Ses quarante-six chroniques sont un ensemble de textes tout à fait particulier. On y partage des fragments de son existence, quelques pages de son journal (« le Livre de l’aube »), ses promenades multiples (en ville ou sous la mer), ses dépositions devant l’agent Marcello, ainsi que de nombreuses tasses de thé. On y croise des jardinières d’enfants, énormément de meubles et de silence, des hommes parfois mystiques, des auteurs parfois mythiques, des cyclistes, un parapluiste.

De quatre lignes à quinze pages, absurdement drôles, ses aventures au spleen espiègle pourront vous évoquer Erik Satie ou Brigitte Fontaine, Alexandre Vialatte et Lewis Carroll, mâtinés de Michaux, Vian ou Harms. Heinsaar est clairement passé de l’autre côté du miroir. Le titre les Chroniques de monsieur Paul est d’ailleurs presque l’anagramme d’Alice au pays des merveilles.

À propos de l’auteur

Mehis Heinsaar

Commencée alors qu’il était encore étudiant en littérature à l’université de Tartu, la carrière d’écrivain de Mehis Heinsaar est jalonnée depuis quinze ans d’à peu près tous les prix que compte l’Estonie.
Principalement auteur de nouvelles (une bonne centaine à ce jour), genre encore très vivace en Estonie, il s’est aussi essayé au théâtre, au roman et à la poésie (un recueil écrémant les années 1992 à 2008 est paru en 2009). Traduites en une dizaine de langues, ses œuvres sont souvent étiquetées « réalisme magique ». Dans la lignée de Calvino et Vian, Marcel Aymé, Lewis Carroll, Boulgakov, Vialatte ou Michaux, et avec un élan volontaire et pataphysique à la Jarry, la prose mélancomique d’Heinsaar vous emporte de l’autre côté du miroir dans une nature onirique et fabuleuse à souhait où règnes animal, minéral, végétal ont perdu leurs frontières.
Site : www.mehis-heinsaar.fr

Du même auteur

Aucun autre livre de cet auteur