lindispensable
Florilège de chroniques 1996-2013
Jean-Pierre L. Collignon
Murmure des soirs / coll. Soirs en poche
Chroniques, Cinéma
11 x 17 cm / 184 pages
ISBN 978-2-930657-26-4
2015
15 €
Disponible

Durant plus de vingt ans, l’indispensable Jean-Pierre Collignon, Monsieur Jean-Pierre pour les intimes, a tenu chronique le samedi matin sur les ondes de la Première de la RTBF, dans l’émission Radio, images, cinéma animée par Léon Michaux, puis dans Première Séance sous la direction de Jean-Louis Dupont. Le présent recueil propose un choix d’une quarantaine de ces chroniques, parmi celles — un bon millier — qui furent diffusées.

Qu’on ne se méprenne pas ! Le chroniqueur mondain n’a jamais commenté ni fait l’apologie de la vie passionnante des têtes couronnées et de ce qu’on appelle le beau monde. Il s’est plutôt penché avec tendresse et passion sur la vie, les amours, les amitiés, les soirs d’ivresse et la poésie des petits matins lumineux.

Extrait

Avec le temps…

Rien de pire que le cinéma pour vous faire sentir que le temps passe… Un peu comme les vieilles photos où l’on se voit, toujours enfant, en compagnie des parents qui ont, sur le papier glacé noir et blanc, à peine l’âge qu’on a au moment qui nous surprend à contempler l’image figée des temps anciens. Celui de l’insouciance et des surprises qui vont venir et déterminer l’avenir, pour une bonne part. C’est le même sentiment qui m’animait, l’autre soir, en regardant ce vieux film qui met en scène ce vieux roublard de Jean Gabin et la très belle et catastrophique Brigitte Bardot, dans un Paris aujourd’hui disparu où circulaient les Renault Dauphine, Simca, Peugeot 203 et Citroën 2 cv. En ce temps-là, j’étais un petit garçon timide et chétif qui ne pouvait évidemment pas imaginer devenir ce quinquagénaire extraverti et rigolard, sombre et grave, léger et pesant, tout à la fois, qui cause dans le poste et mène comme il peut les années qui passent à une allure folle, avec l’apparition de cette petite douleur, à hauteur de la hanche, à gauche, là où le fémur s’articule au bassin, avec cette toux, depuis tant de matins qui me voient sortir du lit douillet, gravir les quelques escaliers qui mènent au réchaud, à l’eau à faire bouillir pour le premier café et à la première cigarette du jour.

Les enfants se marient, on les voit moins ; eux aussi, comme on dit, font leur vie. Eux aussi, par hasard, tombent sur une photo et disent à leur femme : « Eh, regarde, c’est mon père, avec moi, il a changé, hein ? Faudra tout de même passer lui dire bonjour, un de ces quatre… » Et puis, comme moi, ils remettront la visite à une autre fois parce que, là, tout de suite, il y a ceci ou cela qui ne peut attendre et puis, bon, c’est pas toujours un cadeau, le père, avec ses belles années sans télé, Mai 68, la guerre du Vietnam et les manifs… Ce bientôt vieux machin qui persiste à trouver les livres plus beaux et plus précieux que la multiplication des sites internet et les jeux dans les rues de son enfance plus passionnants que les images virtuelles, je me rends parfaitement compte que c’est moi.

J’ai cette conscience douloureuse de n’avoir pas réalisé le millième de ce à quoi je rêvais aux belles heures d’une adolescence marquée par des infimes événements, par des rencontres décisives aux détours des pages de quelques livres et par les soubresauts d’une époque qui m’ont fait connaître et aimer quelques-uns de ceux qui en étaient les consciences aiguisées et farouches. Ceux-là passent aujourd’hui pour les représentants encombrants et passés de mode d’un temps qui fait rire les spécialistes et les adorateurs de ce village planétaire dont les habitants parcourent les sinistres banlieues, suivis à la trace par des millions de caméras, actionnées par les fils de ceux qui remettaient de l’ordre dans les rues que mes contemporains s’obstinaient à dépaver allègrement dans l’espoir d’y trouver les plages de sable blond où s’asseoir pour regarder le soleil se coucher sur un monde un peu moins malheureux.

Les traces qu’ont laissés en moi ces rêves avortés sont inaltérables et toujours habiteront ma carcasse vieillissante. Encore et toujours je continuerai de chanter, avec quelques autres, les matins lumineux, les chemins de traverse, les rencontres fulgurantes, l’amour fou et les mauvaises passions contre les lourdes certitudes, le temps figé et l’ennui grisâtre et mortifère. Encore et toujours les étoiles qui me sont apparues alors brilleront en mon âme et l’accompagneront et réconforteront mon corps fatigué.

À propos de l’auteur

Jean-Pierre L. Collignon

Jean-Pierre L. Collignon est né le 12 juillet 1945 à Liège, où il vit. Devenu journaliste inopinément et sur le tard, il entame simultanément une carrière de chroniqueur sur les ondes de la première chaîne de la radio de service public belge. Sa présence à l’antenne, pendant plus de deux décennies, lui a valu une reconnaissance et une place singulière dans le paysage audiovisuel belge et, même, un peu au-delà.

Du même auteur

Aucun autre livre de cet auteur