Lux mea
Anthologie poétique & arbitraire (1952-2004)
Gaston Compère
maelstrÖm
Poésie
14 x 21 cm / 288 pages
ISBN 2-930355-24-7
2004
20 €
Disponible

Une anthologie poétique est forcément arbitraire. À quatre-vingts ans, Gaston Compère, l’un des plus grands auteurs d’expression française (Je soussigné Charles le téméraire duc de Bourgogne, Polders, Bloemardinne ou du séraphique amour), nous donne « sa lumière » sur des textes écrits et publiés sur plus de cinquante ans…
L’un des objectifs de ce livre est de réunir en un seul livre le « meilleur » d’une somme poétique impressionnante autant par la quantité que par la beauté des textes.
D’accord avec l’auteur, nous n’avons voulu réaliser ni une anthologie thématique, ni chronologique et surtout pas une anthologie « exhaustive » et « universitaire ».
C’est pourquoi la seule note d’introduction à cette anthologie est de l’auteur lui-même, et s’adresse directement au lecteur. Comme pour beaucoup de grands écrivains, la poésie est ce qui compte le plus aux yeux et au cœur de Gaston Compère. C’est donc avec beaucoup de bonheur et de pudeur à la fois qu’il nous livre ici une « collection » de ses plus beaux textes. La plupart sont aujourd’hui épuisés et donc introuvables. Cette anthologie en devient dès lors nécessaire…
Les textes les plus « lumineux » ont été privilégiés. La poésie comme rempart contre la noirceur du monde. D’où le titre Lux mea qui est aussi une dédicace à l’épouse Lucie, et « sa lumière » sur plus d’un demi-siècle de création poétique…

La première édition de cette anthologie est accompagnée d’un CD offert à tirage limité reprenant des textes lus par l’auteur et des compositions musicales de Gaston Compère et interprétées par Jean-Paul Dessy (violoncelle), Naomi Tagaki et Jean Ferrard (orgue), Anna Ciborowska (piano) et Cezariusz Gadzina (saxophone)…

Prime spéciale à l’innovation éditoriale décernée par l’Académie royale de langues et littératures françaises de Belgique.

À propos de l’auteur

Gaston Compère

Gaston Compère (Conjoux 1924-Bruxelles 2008) est l’un des auteurs belges les plus importants et prolifiques de son époque. Poète, nouvelliste, romancier, auteur de théâtre, essayiste… plus de 80 ouvrages dont Portrait d’un roi dépossédé (Belfond, Prix Rossel 1978), Je soussigné Charles le Téméraire, duc de Bourgogne (Belfond, 1985), Bloemardinne ou du séraphique amour (Les Éperonniers, 1991), le Serpent irisé (Édifie/Maelström), Polders (Édifie/Maelström, 1998). Auteur intarissable, auteur de l’excès, Compère est également auteur de silence, savant alchimiste du verbe et de l’esprit, poète du génie de l’homme et de ses insuffisances. Il a reçu plusieurs prix littéraires dont, en 1989, le Grand Prix de littérature de la francophonie. Une figure calme, dense et apaisante des lettres francophones, un homme pour qui le mot « amitié », devenu trop faible dans certains cas, a forgé pour les plus intimes celui d’« amouritié ».

Du même auteur