populisme
Vieilles pratiques, nouveaux visages
Henri Deleersnijder
Préface de Claude Javeau
Les Territoires de la mémoire / coll. Voix de la mémoire
Essai
20 x 20 cm / 127 pages
ISBN 978-2-874156-30-2
2006
15 €
Épuisé

Voilà près de vingt ans maintenant que la plupart des pays du vieux continent ont vu ressurgir en leur sein des discours politiques remettant en cause la représentativité démocratique, diabolisant l’immigration et rejetant, sur des bases nationalistes, toute construction européenne. Les leaders souvent charismatiques qui les diffusent dans l’espace public prétendent sentir ce que le « peuple » – mythifié pour l’occasion – souhaite d’instinct. S’agit-il d’un nouveau visage de l’extrême droite ou d’une simple instrumentalisation du désarroi de populations précarisées ? Questions, parmi d’autres, que doit se poser notre société face à ces populismes aux recettes outrageusement simplificatrices et toujours démagogiques.

Le phénomène n’est certes pas neuf. De Boulanger à Le Pen, en passant notamment par Degrelle, Peron et Poujade, et jusqu’aux télépopulistes actuels, l’Histoire n’a jamais été avare de ce genre d’aventuriers ou apprentis-chefs. Raison pour laquelle l’auteur s’emploie d’abord à mettre ces poussées de fièvre en perspective. Il esquisse ensuite, pour aujourd’hui, un état des lieux de la question, non sans montrer qu’une certaine gauche de la gauche entend depuis peu se réapproprier le concept polysémique de « populisme » pour lui instiller la dimension progressiste de ses origines. Conscient de ce que le vernis d’humanité est plus mince qu’il n’y paraît en général, il appelle enfin tous les démocrates à un nécessaire devoir de vigilance citoyenne.

À propos de l’auteur

Henri Deleersnijder

Henri Deleersnijder est professeur d’histoire, licencié en arts et sciences de la communication et collaborateur scientifique à l’université de Liège. Il est notamment l’auteur de deux ouvrages dénonçant le négationnisme : l’Affaire du « Point de détail ». Effet médiatique et enjeux de mémoire (Éditions de l’université de Liège, 2001) et les Prédateurs de la mémoire. La Shoah au péril des négationnistes (Bruxelles, Labor/Espace de libertés, coll. « Liberté j’écris ton nom », 2001). Il est aussi chroniqueur. Par ailleurs, en 2005, dans un chapitre intitulé « la Dérive populiste en Europe centrale et orientale », il a apporté sa contribution au numéro 42 de la revue Hermès (coordonné par Pascal Durand et Marc Lits, CNRS Éditions).

Du même auteur