p299_1602152328_i
Zoé Jusseret
Frémok / coll. Flore
Bande dessinée
13.5 x 17.5 cm / 88 pages
ISBN 9782930204918
2016
15 €
Disponible

Download English presentation (PDF)

Au fil de courts chapitres auréolés d’étrangeté, Zoé Jusseret évoque la difficulté à se sentir femme par le biais d’images aussi brutales que touchantes.

Qui mange des couteaux marie la violence et la beauté par la grâce d’un imaginaire subtil.

Le récit met en scène des jeunes femmes dans des circonstances banales : au travail, à une fête, au lit, ou en compagnie d’une amie. Mais toutes ont en commun de ne plus s’appartenir, de voir leurs désirs leur échapper. Pour figurer l’angoisse, Zoé Jusseret fait basculer ces situations familières dans une inquiétante étrangeté. L’une, incapable d’assumer l’attirance qu’elle suscite, se métamorphose en escargot baveux, tandis que l’autre offre ses seins à des cochons. Le corps devient le symbole de tous les maux de l’esprit, conduisant les protagonistes à s’en séparer par morceau. Autour d’elles, la Mort rôde et collecte ces reliques.

Qui mange des couteaux pourrait se lire comme un conte moderne, où chaque désir refoulé s’incarne en un cauchemar symbolique. Zoé Jusseret offre une vision intense et sensible de questionnements aussi vastes que l’humanité, magnifiés par la simplicité et la profondeur de son dessin.

Ce travail a été réalisé en monotype, qui est une forme d’estampe. Le dessin est tracé sur une feuille de papier appliquée elle-même sur une feuille de rodhoïde enduite de peinture, la ligne s’imprime sur le papier.

À propos de l’auteur

Zoé Jusseret

Zoé Jusseret a vu le jour en Lorraine belge en 1987. Elle dessine depuis son plus jeune âge. Après des cours à l’académie des Beaux-Arts de Marche-en-Famenne et à la fin de ses humanités – équivalent du bac – elle s’inscrit, un peu par hasard, à l’institut Saint-Luc à Bruxelles. Elle y découvre le monotype, technique qu’elle affectionne particulièrement.

Son univers est à la fois sombre et délicat. Si ses histoires teintées d’angoisse échappent à la réalité stricte, elles évoquent assurément la difficulté à être au monde… Les premières traces visibles de son travail sont à découvrir sur le site Grandpapier.org ou dans des collectifs de micro-édition tels que Tomoko. Qui mange des couteaux est son premier livre.

Du même auteur

Aucun autre livre de cet auteur