une-vie-en-miniature
Caroline Alexander
M.E.O.
Roman
14.8 x 21 cm / 108 pages
ISBN 978-2-8070-0156-5
2018
14 €
Disponible

Tandis que son mari volage court la prétentaine, la narratrice, journaliste culturelle, se découvre l’extraordinaire faculté de rétrécir puis de reprendre sa taille normale. Avec la complicité de ses trois chats et particulièrement de Jupiter, le troublant persan chinchilla qui n’est peut-être pas étranger au phénomène, elle découvre une existence merveilleuse qui, à force d’allées et venues entre les deux dimensions – au sens propre –, va prendre le pas sur sa vie ordinaire.
Un roman-conte, dont la réelle profondeur se dissimule sous des allures primesautières.

Extrait
À chacune de ses absences, le Don Juan chasseur que j’avais épousé tisonnait les cendres de cette peur. Je me calfeutrais alors dans notre lit et reportais ma solitude, mon besoin d’aimer, sur mes trois chats. Woody, le gros chartreux de gouttière, le plus affectueux, aimait s’allonger le long de mes reins. Loulou, sa mère, menue, craintive, vexée, se réfugiait au pied de la couette, et Jupiter l’insolent, le persan chinchilla comme le précisait son pedigree, boule de poils blancs chinés de gris, si drôle et si doux, s’installait, impérial, sur l’oreiller, au-dessus de ma tête. Ils me tenaient compagnie, heureux d’occuper des zones interdites puisque, lorsque Maxime était présent, la chambre à coucher leur était interdite. Jupiter ronronnait en sourdine, Woody ronflait de contentement, Loulou, roulée en boule, poussait des soupirs de souris. Ils me berçaient et je faisais le vide jusqu’à ce que le sommeil petit à petit m’engourdisse.
C’est dans un de ces moments que « la chose » se reproduisit. Je n’avais pas bougé de l’orbite de mon drap, je n’avais senti qu’un vague picotement, une ondée de chaleur légère, mais mes compagnons subitement prirent des dimensions de fauves.
Je me secouai. Où étais-je ? Dans la savane du Parc Krüger en Afrique du Sud ? Quand, à l’aube naissante, figée sur le quatre-quatre de la promenade, j’évitais de bouger pour ne pas apeurer la lionne blonde qui allaitait ses petits ou le léopard échappé d’une toile du Douanier Rousseau qui posait en mannequin stylé, la queue enroulée sur la branche d’un baobab ? Un souvenir de voyage, quand Maxime, au retour d’une escapade-amourette, m’avait offert en réconciliation de découvrir la vie sauvage préservée d’Afrique du Sud.
Illusion du réveil… J’étais bel et bien dans mon lit, entourée de mes chats. Mais mon lit avait pris la dimension d’une plage et mes compagnons celle de félins du jurassique. […]
Peur. Panique. Qu’allaient faire de moi ces chats d’habitude si gentils, mais qui ne pouvaient plus me reconnaître ? Me croquer ? Me démanteler, jouer avec mes bras, mes jambes, ma tête comme ils le font avec un moineau ou un mulot ? Woody, le patapouf, dormait. Loulou aussi. Jupiter m’observait de ses yeux jaunes. Me cacher ? Dans quel pli du drap ou de la taie de broderie blanche ? Comment faire vite quand le mouvement le plus large me faisait avancer de quelques millimètres à peine ?
Jupiter tendit vers moi sa patte courtaude et d’une secousse me retourna. Je me retrouvai enfouie dans les poils blancs sous son aisselle. Étrange sensation ! Douceur, chaleur, et ce parfum cuivré, primitif, qui m’enivrait comme un alcool. Je ne comprenais plus rien à rien, mais je n’avais plus peur. Je me sentais bien. En sécurité.
Alors, dans ce creux de vivante et chaude fourrure, je finis par m’endormir.

À propos de l’auteur

Caroline Alexander

Née en Allemagne dans des années de tourmente, Caroline Alexander parvient à échapper au pire, et, sur cette lancée, continue à avancer en se faufilant entre les gouttes des orages. Par prudence, sa famille la destinait à une carrière dans la confection pour dames. Par cabotinage, elle préféra les scènes des théâtres. Y réussit après quelques détours dans les universités et petits métiers. Tomba dans la fosse d’orchestre, y découvrit la musique et en tomba amoureuse. Resta dans la salle et en fit sa résidence ordinaire. Devint journaliste et critique pour de multiples publications. Son premier roman-autofiction, Ciel avec trou noir (M.E.O.), a obtenu le prix Emma-Martin décerné par l’Association des écrivains belges de langue française.

Du même auteur

ciel-trou-noir-1c Ciel avec trou noir
Caroline Alexander
M.E.O.
Récit
14.5 x 21 cm / 240 pages
ISBN 978-2-930702-87-2
2014
20 €