villabelga
Évelyne Heuffel
M.E.O.
Roman
14.5 x 21 cm / 344 pages
ISBN 978-2-930702-53-7
2013
22 €
Disponible
Dist. : Librairie Joli Mai (BE) - Pollen (FR)
chez l'éditeur Particuliers Belgique Particuliers France

1904. On émigre pour les « pays neufs ». On court vers la fortune, comme ces ingénieurs des chemins de fer belges. On fuit la justice, les lois anticléricales. Ou la terreur, comme ces juifs de Russie. Un contrat en poche, on embarque sur un steamer, on s’installe dans une cabine de première classe. Sans rien dans les mains, on s’agglomère sur l’entrepont, on sera colon, emportant ce qu’on a de plus cher : une scrupuleuse droiture, un acharnement à réussir dans l’adversité, une fierté de la besogne accomplie, un sens de la fraternité.
Le Brésil, jeune république, peuple ses territoires incultes. La Belgique exporte sa révolution industrielle. La petite ville de Santa Maria da Boca do Monte, au cœur de l’État du Rio Grande do Sul, où viennent de s’implanter les grands ateliers d’une compagnie ferroviaire belge, et, non loin, une colonie agricole juive, est un point de convergence de cette révolution, de cette immigration.
C’est là que s’érige la Villa Belga, cité calquée sur les corons, qui donne lieu, ici, à une évocation imaginaire de ce passé perdu de vue. S’y heurtent espoirs, utopies, et sombres desseins de passagers qui ont vu leurs sorts se lier à bord du Paranaguá.
Émigre-t-on impunément ?

Extrait
À peine ont-ils débarqué, que Yakov, ses frères et sœurs, et une bande de jeunes Israélites se rendent, en ribambelle, au marché public. Malgré l’abondance de tubercules, de sacs de farines et de fèves, ils ne voient que les fruits, des monticules de fruits, des pyramides de fruits. Leur étonnement devant les étals amuse verduriers et fruitiers, habitués au défilé des immigrants. Un marchand aux oreilles décollées se met à tailler la carapace – comme celle d’une tortue ! s’exclame la petite Ida – d’un fruit insolite qui a la forme d’un obus surmonté d’un chardon. Ça s’appelle abacaxi, soit « ananas », précise l’homme qui, du bout de son couteau, leur en tend de petits morceaux à goûter.
Décortiquer une orange ? Non, le plus simple est de faire comme les gamins des docks qui viennent chaparder au marché : un coup de dent pour arracher la pelure à l’une des extrémités, et ensuite en sucer le jus tout en pressant le fruit.
Les petits Russes en ont plein les doigts et le menton.

À propos de l’auteur

Évelyne Heuffel

Née à Bruxelles, Évelyne Heuffel a longtemps vécu au Brésil et a fait des études d’arts plastiques à Paris. Elle est l’auteur de l’Absente du Copacabana Palace (Métaillé), d’un polar paru sous pseudonyme chez Gallimard (« Série noire »), de nouvelles publiées dans des revues françaises et canadiennes, ainsi que, au Brésil, de BD et de livres pour enfants. Elle a traduit en français des ouvrages brésiliens.

Du même auteur

Heuffel_Pueblo_COUV_2.indd Pueblo
Évelyne Heuffel
Ker Éditions / coll. Tranches de vie
Roman
11.5 x 19 cm / 264 pages
ISBN 978-2-87586-037-8
2014
12 €
Palmes-dans-lazur Palmes dans l’azur
Évelyne Heuffel
Ker Éditions / coll. Tranches de vie
Roman
11.5 x 19 cm / 180 pages
ISBN 978-2-87586-138-2
2016
12 €