visions-of-bowie
Yves Budin
Préface de Gilles Verlant. Illustrations en couleur. Exemplaires numérotés.
Les Carnets du dessert de lune / coll. Pièces Montées
Biographie
18 x 23 cm / 96 pages
ISBN 978-2-930607-92-4
2013
20 €
Disponible
Dist. : Autodistribué
chez l'éditeur

[…] Trente ans plus tard, voilà que Bowie nous est revenu, contre toute attente, après un insupportable silence, avec un album somptueux (The Next Day), accompagné de l’une des plus belles opérations marketing de sa carrière (le single Where Are We Now posté sur son site le jour de son soixante-sixième anniversaire, le 8 janvier 2013, le secret le plus complet autour de l’album, la totale surprise, etc.). Une opé marketing sans agence, sans budget, sans rien : juste un homme seul, que l’on croyait subclaquant et qui est venu ressusciter nos fantasmes de jeunesse, notre passion immodérée pour le spécialiste des Changes prodigieusement illustrés par Yves Budin dans les pages qui suivent : mod, hippie, mime, R’n’B, comédie, Bacall, Major Tom, Ziggy, Jean Genie, Aladdin, Halloween Jack, Thin White Duke, etc. Virevoltant et schizophrène, génial et inconsistant, cultivé et pédagogue, opportuniste et visionnaire, Bowie nous mène en bateau depuis des lustres, et nous en redemandons. Parce qu’à bord de sa goélette nous sommes traités avec une folle élégance, nous abordons des rivages inattendus, tour à tour solaires ou ténébreux. Les fans de Bowie aiment aussi ses errances et ses faiblesses, parce qu’ils savent que même à sec, le capitaine aura une illumination, il nous bluffera une fois encore, comme il n’a cessé de le faire depuis le début des seventies. Et maintenant, place au choc des images.

Gilles Verlant, extrait de la préface.

Après Visions of Miles et Visions de Kerouac, le cycle des Visions se conclut avec cette monographie expressionniste sur David Bowie.

À propos de l’auteur

Yves Budin

Né à Liège en 1974, Yves Budin est dessinateur, peintre et illustrateur autodidacte.
Fan de musiques, de littératures — bref, fan de voyages —, il a appris à dessiner en s’abîmant corps et âme dans la collection de bandes dessinées de son père. La collection de livres d’art de son frère lui a ouvert les portes de l’expressionnisme. Alberto Breccia et Hugo Pratt lui ont appris que l’on pouvait dessiner en noir et blanc. La littérature américaine l’a initié aux grands voyages ; celle de la beat generation, au monde du jazz.
Bio, infos, expos et travaux : www.yvesbudin.com

Du même auteur