Wigrum
Daniel Canty

Roman
15.2 x 22.8 cm / 208 pages
ISBN 978-2-923530-33-8
2011
24,95 €
Disponible
Dist. : Distribution du nouveau monde (FR)

Fin octobre 1944. Sebastian Wigrum s’éclipse de son domicile londonien. Personnage fuyant, voyageur des miroirs et des points de fuite, vivant à la frontière embrouillée de la fiction et des faits, il est une de ces figures d’exception douées du pouvoir de se dissimuler sous nos yeux.
Nous savons peu de choses sur lui, sinon qu’il a été curieux du monde entier, peut-être déçu par l’amour. Son héritage, pourtant, est le nôtre : celui pour qui vivre signifia collectionner a laissé dans son sillage une centaine d’objets qui éclairent de leur lumière incertaine l’histoire de notre temps.
Ce livre dresse l’inventaire doux-amer de la succession de Wigrum. Roman combinatoire, vertigineux échafaudage d’érudition et d’inconnaissance, Wigrum existe en équilibre instable entre l’univers des récits et celui où se déroule la vie des lecteurs. Ceux qui s’y risqueront véritablement n’obéiront plus qu’à ce mot d’ordre : si je peux croire à toutes les histoires qui me sont contées, vous en êtes aussi capables.

À propos de l’auteur

Daniel Canty

Daniel Canty est auteur, réalisateur et traducteur. Il crée des livres, des films et des environnements et interfaces poétiques. Polygraphe et inventeur de formes, il éprouve le potentiel de la littérature à galvaniser des matières d’apparence étrangères.
Daniel a publié un roman qu’il a aussi mis en livre, Wigrum (2011). Ce travail fait suite à la trilogie de La Table des matières. Le Livre de chevet (2009), La Table des matières (2007) et Cité selon (2006) sont des ouvrages collectifs aux formes graphiques complexes, où l’art du livre se conjugue à l’art de l’écriture.
En 2012, Daniel signe le libretto d’Operator, un automate électroluminescent conçu par Mikko Hynninen et présenté à Lux Helsinki. Il crée Stéréographe, une carte géopoétique de Laval, à la Galerie Verticale. À l’invitation d’Annie Descôteaux, il ourdit un dramaticule alimentaire inspiré par ses collages, Ad Nauseam. Il diffuse Red Shift, un compte à rebours pour rhabiller le temps, sur un panneau d’affichage lumineux jouxtant la roulotte du centre d’art Dare-Dare, au cœur du Quartier des spectacles de Montréal. Il réalise, pour l’artiste Josiah McElheny, la traduction d’un traité d’astronomie spéculative écrit en captivité par le révolutionnaire français Auguste Blanqui, Eternity Through the Stars (1872). Il s’aventure avec Patrick Beaulieu dans Vegas, une odyssée transfrontières sur les chemins du hasard. Son dernier film, Longuay, croise le regard d’une abbaye vétuste avec celui d’une tablette numérique.
Daniel enseigne l’écriture indisciplinaire à l’École nationale de théâtre du Canada. Il a étudié la littérature et la philosophie des sciences à Montréal, l’édition à Vancouver, et le cinéma à New York.

http://www.danielcanty.com

Du même auteur